Disparition d’un vétéran de la diplomatie, l’Ambassadeur Dương hồng Chương.(1)

de | avril 7, 2016

 

Les étudiants vietnamiens, arrivés à Paris dans les années 1940- 50 devaient presque tous,  pour les besoins de leurs études, mettre les pieds dans un endroit très familier : le n° 45 Avenue de Villiers, Paris 17è. Il s’agissait de la Représentation diplomatique du Viet-nam où étaient regroupés outre les services diplomatiques et économiques, divers autres organismes : culturel, social, consulaire qui concernaient directement les étudiants, boursiers ou non. Cet édifice de six étages, situé près du M° Malesherbes, à côté de l’Ecole des HEC, a servi de bureaux pour l’Ambassade de la République du Viet-Nam jusqu’à la date fatidique du 30 Avril 1975 marquant la fin du régime nationaliste du Viet-Nam.

Et le créateur de cet organisme n’était autre que M. Dương hồng Chương qui vient de quitter ce monde à l’âge de 103 ans.

Après ses études secondaires au Lycée Albert Sarraut à Hanoi , Dương hồng Chương partit en France , avant la Seconde Guerre Mondiale, poursuivre ses études de Lettres à La Sorbonne. Au moment des pourparlers avec les autorités françaises pour la naissance de l’Etat du Viet-Nam face à l’offensive des communistes Vietnamiens , avec le Prince Bửu Lộc, (son ami  et un proche de l’ex-Empereur Bảo Đại), D.H.C. et quelques autres personnalités telles le Pr. Nguyễn quốc Định , l’avocat Nguyễn đắc Khê, entreprirent des démarches et créèrent le Cabinet de S.M. Bảo Đại, embryon de la future Ambassade.

Avec les Accords de l’Elysée du 8 Mars 1949, la France reconnait le Viet-nam comme un État indépendant,  faisant partie de l’Union française, sous l’égide de l’ex-Empereur Bảo Đại devenu Chef d’État. Dans ces conditions, le Cabinet de S.M. a maintenant le statut d’une Mission Diplomatique. Mais comme le pays est encore membre de l’Union française , la Mission doit porter le nom de Haut-Commissariat et non Ambassade. Le Prince Bửu Lộc fut alors nommé Haut-commissaire, Me Nguyễn đắc Khê, Haut-commissaire-adjoint et M. Dương hồng Chương , Secrétaire Général du Haut-Commissariat.

A ce titre M. Chương s’occupa du fonctionnement de la Mission , recruta ses collaborateurs et fait très important proposa la création et le statut de la toute nouvelle carrière des agents diplomatiques du Viet-nam. Me Nguyễn đắc Khê au sommet de la carrière avec le grade de Ministre Plénipotentiaire suivi immédiatement de D.H.C. lui-même , Conseiller de 1ère classe après 3 ans et d’autres Conseillers et Secrétaires comme MM. Lê ngọc Hồ, Dr. Phan thế Ngọc, les frères Nguyễn qúy Anh, Nguyễn qúy Thoại, Hà vĩnh Phương, Chương văn Định qui presque tous auront plus tard des fonctions d’Ambassadeurs dans divers pays. Quant à M. Dương hồng Chương lui-même, il aura mené une carrière époustouflante de diplomate.

Alors qu’il assumait tranquillement son rôle de Secrétaire Général du Haut-Commissariat à Paris, un événement important survint et alla changer tout le cours de l’histoire du Vietnam en général et de sa carrière en particulier.

D’abord le Prince Bửu Lộc, qui était d’abord  Haut-Commissaire et qui fut nommé ensuite Président du Gouvernement (Premier Ministre), emmena à Saigon quelques membres  de son équipe  du Haut Commissariat comme Me Nguyễn đắc Khê, devenu Ministre d’État, chargé de la démocratisation du régime, Hà vĩnh Phương, Chef de Cabinet du Président…Le Pr. Nguyễn quốc Định,  était Ministre des Affaires Étrangères du nouveau Cabinet. Dương hồng Chương, qui ne voulut pas quitter Paris, resta donc sur place pour assumer l’intérim de Chef de la Mission Diplomatique. C’était à ce titre qu’à l’époque, étudiant ,je le voyais à la télévision, assister à la cérémonie de Couronnement de la Reine Elisabeth II d’Angleterre.

Enfin, ce qui devait arriver, arriva!

Le Viet-Nam connut le tournant de son histoire. Avec les Accords de Genève de Juillet 1954, la France perdit lourdement son influence au Viet-Nam et dut céder la place aux Américains dans la lutte contre les communistes. Bảo Đại, bon gré mal gré, dut nommer Ngô đình Diệm en remplacement du Prince Bửu Lộc . M. Dương hổng Chương lui-même avait assisté à la cérémonie de prestation de serment du nouveau Président du Conseil devant le Chef de l’Etat.Diệm nomma quelques mois après son arrivée au pouvoir le Professeur Phạm duy Khiêm, l’ami de Ngô đình Nhu et de réputation francophile au poste de Haut-Commissaire du Viet-nam en France.

D.H.C. devint alors Conseiller du nouveau Haut-commissaire et c’était à ce moment que je fis sa connaissance étant nommé par P.D.K. Attaché Economique au Haut-Commissariat. Bien que je ne fasse pas partie de l’ancienne équipe dirigée par D.H.C., j’étais considéré ainsi que mes jeunes collègues de la nouvelle équipe, comme ses jeunes frères et amis, sans aucune discrimination d’appartenance à tel ou tel courant politique, plus exactement entre pro ou contre Bảo Đại.

D’ailleurs, Chương était très estimé de tout le personnel de l’Ambassade  : de l’homme de peine jusqu’au plus haut gradé de la hiérarchie, vu sa gentillesse, sa modestie, sa courtoisie.

Un souvenir qui me marque à jamais à propos d’une plaisanterie du grand diplomate qui deviendra plus tard , par les jeux du destin, mon oncle grâce à ma femme . Assistant à une discussion animée entre ses jeunes collègues tous célibataires, Chương lança cette boutade : jeunes amis, essayez d’être sages et je vous donnerai en mariage mes jolies nièces, filles du Médecin particulier du Président. Qui aurait pu croire à cet instant même que ce sera moi, cet heureux élu alors qu’à des dizaines de milliers de kilomètres, je ne connaissais ni le Dr. Phát, ni ses adorables filles et ne savais même pas si je devrais rentrer au Viet-Nam ou rester en France aux côtés de longues jambes aux yeux bleus et à la chevelure blonde comme ce sera le cas de mes meilleurs amis Lê mộng Nguyên, Phạm đình Hiếu et autres …

Après son poste à Paris, l’oncle Chương a décliné des postes d’Ambassadeur au Maroc ou au Japon, postes offerts par le Ministre des Affaires Étrangères Vũ văn Mẫu dont l’épouse est une de ses proches cousines. Il acceptera quelques années plus tard le poste d’Adjoint au Chef de la Délégation du Viet-Nam à l’Unesco qui n’était autre que son ami le Pr. Nguyễn quốc Định, fonctions qu’il assumait jusqu’à l’effondrement de la République à laquelle il avait apporté tant de contributions  en tant qu’acteur et témoin, depuis la naissance de l’Etat du Viet-Nam jusqu’à la chute d’un régime libéral et démocratique remplacé par un autre à la fois  totalitaire et antidémocratique.

Adieu, cher oncle, Patriarche de la diplomatie républicaine.

(1) Dương hồng Chương est le descendant des mandarins et lettrés Dương Lâm et Dương Khuê . Dương Khuê était cité dans le fameux poème « Khóc bạn » de Tam Nguyên Yên Đổ (Bác Dương thôi đã thôi rồi…) et grand-père du célèbre compositeur Dương thiệu Tước.

                                                                                            Paris , début Avril 2016
Trương hữu Lương

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *