Léon Vandermeersch (1928-2021).

de | octobre 23, 2021

version pdf

Monsieur Léon Vandermeersch n’est plus, il s’est éteint le 17/10/2021 à l’Hôpital Cochin.
Sinologue de grande réputation, il fut très proche d’autres pays d’Asie dont il a étudié la culture,
notamment du Vietnam, où, dès le lendemain des Accords de Genève (1954) il fut nommé
professeur de Philosophie au Lycée Albert Sarraut. En ces « années incertaines », il a laissé des
souvenirs d’une époque difficile, où la présence française fut rudement mise à mal par celle des
« pays frères » : dès l’automne 1954, le lycée français de Jeunes Filles devint le siège de
l’ambassade soviétique, et le lycée Albert Sarraut centre d’accueil pour les techniciens du même
pays…

De ces années où il ne reste que peu de témoins directs, il dressa un constat sans fard des
conditions de travail des enseignants comme des élèves, qui vivaient dans une ambiance
dominée par l’idéologie régnante : « J’enseignais la philosophie en terminale et le français en
sixième. C’était l’époque de la réforme agraire, une période très dure. Il arrivait que je trouve ma
classe de sixième vide et que le lendemain les élèves me racontent la séance du tribunal
populaire à laquelle ils avaient dû assister, tous réquisitionnés pour cela, en lieu et place de la
classe de la veille. Ils me racontaient comment les enfants des accusés de collaboration avec les
Français assistaient à la condamnation puis à l’exécution immédiate de leurs parents, avant d’être
contraints de danser sur leurs tombes. […] Cinq ou six semaines après le début des cours sont
arrivées les premières directives de la RDVN, indiquant que les enseignements d’histoire et de
géographie seraient désormais faits en vietnamien, ce qui d’un coup supprimait toute charge
d’enseignement pour les Français affectés à ces disciplines. Quelque temps après, nouvelle
directive analogue pour les mathématiques, et ainsi de suite. Très vite sur la vingtaine
d’enseignants que nous étions, les trois-quarts n’eurent plus de service ». Vous pouvez lire ces
témoignages où l’humour soutenait cependant un regard lucide dans « Parcours d’un jeune
universitaire français au Vietnam dans les années cinquante ». in Flora Blanchon (dir.) : Banquier,
savant, artiste. Présences françaises en Extrême-Orient au XXè siècle. PUPS, 2005. p. 114 et sq.
https://tuvietfr.com/le-lycee-albert-sarraut-les-annees-incertaines/


Presque un quart de siècle plus tard, à la direction de l’UFR « Langues et Civilisations de l’Asie
Orientale » (Université Paris 7, actuellement « Paris Diderot) la « Section d’études
vietnamiennes » avait toujours trouvé en lui un soutien efficace, ceci au moment où les premiers
accords d’échanges et de coopérations scientifiques furent signés entre le Vietnam et la France,
via l’Université de Hanoï et l’Université Paris 7.
La cérémonie religieuse pour ses obsèques aura lieu le Jeudi 21 Octobre 2021, à 15 heures, à
l’Église Saint François Xavier, 75007 Paris.
Đ.T.H.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.